Mayotte assoiffée d’aide : comment ne pas constater l’abandon de l’État français ?

Léa Layer, étudiante en Master 2 Droit International et Européen à la Faculté de Droit, d’Economie et de Gestion de l’Université d’Angers

La population mahoraise est privée d’un droit fondamental

D’après le Conseil économique, social et environnemental, « Mayotte est probablement le territoire où la situation de l’accès à l’eau est la plus critique ». Les Mahorais font face à des pénuries d’eau d’une profonde intensité, et ce, depuis de nombreux mois déjà. L’eau est approvisionnée tous les trois jours et disponible pendant seize heures seulement. La population peine à boire de l’eau potable, ce qui influe considérablement sur leurs conditions de vie, et augmente le nombre de maladies sur l’île.

L’eau, élément essentiel à la vie d’un être humain, devrait être accessible à tous, c’est un droit fondamental. Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU a adopté́ l’Observation générale numéro 15 sur le droit à l’eau. Celle-ci conçoit le droit de chacun à : « un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’une eau salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques ». Ce droit est également inscrit en dans le code de l’environnement français à l’article L210-1.

L’État français laisse les Mahorais s’assoiffer

La gestion de l’eau à Mayotte s’organise entre l’État français et les collectivités locales, conformément à la loi. Mayotte, en tant que département et région d’outre-mer français, se soumet au cadre législatif français, tout en gardant des spécificités propres à sa situation géographique et administrative. Néanmoins, dans les faits, l’État français se défausse de ses responsabilités de service public auprès du SEAM, le Syndicat des Eaux et de l’Assainissement qui est l’organisme chargé de la distribution des eaux à Mayotte.

Pour autant, la gestion de l’eau revient à la métropole qui doit répondre de ses obligations. L’État détient un budget qu’il doit mettre en œuvre pour améliorer les systèmes de distribution de l’eau et d’assainissements. Malheureusement, les faits démontrent la vétusté des aménagements, les réseaux de distribution d’eau à Mayotte sont défaillants, vieillissants et inadaptés aux facteurs environnementaux auxquels l’île est confrontée. Ce manque de prévoyance incombe à l’État qui n’a pas su répondre de ses responsabilités.

D’ailleurs, selon la préfecture de Mayotte, un tiers de l’eau est perdue à cause de la dégradation des canaux qui acheminent l’eau. Une troisième retenue collinaire est prévue d’ici 2026 ainsi qu’une station de dessalement, mais ces projets prennent toujours plus de retard et ne constituent pas une solution à court terme.

Une situation pourtant prévisible

Mayotte, en tant qu’île, bénéficie d’un approvisionnement à l’eau limité. Les coupures d’eau sont une pratique courante depuis déjà quelques années. De plus, l’augmentation de la population mahoraise ne fait qu’accentuer ce problème, surtout en période de sécheresse.

En effet, la saison des pluies à Mayotte est souvent retardée. Des périodes de précipitations abondantes peuvent être suivies de phases prolongées de sécheresse, exacerbant ainsi la crise de l’eau sur l’île.

Aussi, Mayotte est confrontée à des facteurs environnementaux qui altèrent la qualité de l’eau, tels que la déforestation, les cyclones, les inondations et l’érosion des sols. En 2016 une grève a paralysé l’île dans l’objectif de faire connaître le mécontentement des Mahorais à l’hexagone. Par la suite, l’État s’est engagé à changer les choses. Néanmoins, selon l’OXFAM, les mesures annoncées par l’État sont inachevées pour la plupart, les travaux pour l’usine de dessalement ont pris du retard… en somme les équipements permettant de garantir une distribution de l’eau correcte sont insuffisants.

Ainsi, sept ans après la grève, la crise de l’eau se perpétue, l’État ne prend que des mesures dans l’urgence. En outre, des militaires ont été déployés à Mayotte afin d’organiser la distribution de bouteilles d’eau gratuites. Ces mesures restent superficielles, l’État doit absolument traiter la situation de manière globale en anticipant les facteurs environnementaux qui lui sont connus. D’ailleurs, le préfet de Mayotte avait alerté l’État sur la situation critique des retenues collinaires.

Selon Estelle Youssoupha, députée de la première circonscription de Mayotte : « Le gouvernement a pris conscience de l’urgence mais comme les premières mesures ont été prises tardivement, il continue d’être en retard par rapport à la gravité de la crise ».

Un sentiment d’abandon pour le département d’outre-mer

Une manifestation a été organisée par le collectif des citoyens de Mayotte de 2018 ainsi que par le mouvement « Mayotte a soif », à Mamoudzou.

Ce type de manifestation se répète régulièrement. Comme en 2016, les Mahorais crient à l’inégalité avec l’hexagone. Selon leurs dires, l’inaction des pouvoirs publics est indéniablement liée au fait que Mayotte soit un département d’outre-mer. Les habitants se sentent abandonnés et secourus uniquement lorsque leur vie en dépend. Ceux-ci attendent des actions des pouvoirs publics bénéfiques sur le long terme.

Les associations « Mayotte a soif » et « Notre affaire à tous » ont formulé un recours devant le Conseil d’État afin d’obtenir le déclenchement du plan ORSEC, néanmoins, leur demande a été rejetée en première instance. En définitive, le 29 décembre 2023, le recours a été débouté par le Conseil d’État jugeant qu’il n’était pas nécessaire à ce jour de déclencher le plan « eau potable » à Mayotte.

Ce refus s’impose comme un déni des droits de l’homme et plus particulièrement de la dignité humaine. Des centaines de personnes craignent de mourir de soif, mais cela ne semble pas suffisant pour obtenir un plan d’action de l’État.

Les associations ont déclaré dans un communiqué : « Le tribunal, comme l’État, semblent considérer que miser sur l’arrivée rapide de la pluie constitue une mesure à la hauteur des drames quotidiens que connaissent les habitantes de l’île ».



Citer ce billet
lighthouseua (2024, 29 mars). Mayotte assoiffée d’aide : comment ne pas constater l’abandon de l’État français ? The Lighthouse. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4rl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search